Affaire Cahuzac : un secret d’État ?

par

Inutile de revenir sur les multiples péripéties de cette affaire : les aveux d’un ministre socialiste affairiste, fraudeur fiscal et chargé des finances publiques, dans un gouvernement socialiste adepte du matraquage fiscal et de la fausse vertu : une commission parlementaire d’enquête dont les membres de droite démissionnent (une première) parce que le Premier ministre refuse d’être entendu ( !) ; une ministre de la Justice (Mme Taubira) qui fait sous serment des déclarations douteuses indiquant qu’elle n’était au courant de rien ; un ministre de l’économie (M.Moscovici, patron de M. Cahuzac) qui se drape dans son indignation (au point de préparer un livre pour se disculper) et jure qu’il a assisté à une réunion à l’Élysée dont l’amnésique menteur Cahuzac ne se souvient pas….C’est du Courteline.

Certains soupçonnent que cette mystérieuse réunion à l’Élysée autour du Président de la république, du Premier ministre (y participait-il ? ), de M. Moscovici, de son subordonné M. Cahuzac, et peut-être d’autres hiérarques avait pour but d’étouffer le scandale . M. Hollande aurait été parfaitement au courant, contrairement à ses dénégations, bien avant les aveux de M. Cahuzac. S’agissait-il de ”couvrir” ? Malheureusement, les ficelles étaient si maladroites et si grosses que même les médias de gauche (Médiapart) et la magistrature, pourtant elle aussi idéologiquement influencée, ont levé le lièvre.

N’oublions pas, d’autre part que la gauche socialiste , depuis longtemps, est empêtrée dans de multiples affaires de corruption et de détournement de fonds publics. Le nombre d’élus socialistes impliqués dans des carambouilles de corruption et de détournement (vol) d’argent public fait nombre. Beaucoup plus que chez la droite. Mais les Français oublient….Cette gauche hypocrite, pseudo-transparente, au discours anti-fric, à l’idéologie marxiste bas de gamme et catastrophique pour les finances publiques comme pour les entreprises (donc pour l’emploi) a le même comportement que les hiérarques de la fin de la République romaine : voleur je suis, vertueux je parais. 

Questions : MM Hollande, Moscovici et Ayrault, sans oublier Mme Taubira avaient-ils intérêt à protéger M. Cahuzac, à étouffer l’affaire ? Quelque chose à cacher ?  La vérité est peut-être beaucoup simple, sans que les personnes précitées puissent être  mises en cause sur leur honnêteté personnelle. C’est l’histoire du chat qu’on empêche de dérouler la pelote de laine. Je formule une hypothèse : le gouvernement socialiste aurait essayé d’étouffer la fraude fiscale de M. Cahuzac, non pas seulement pour préserver l’image vertueuse du Parti au pouvoir, mais pour éviter qu’on remonte la pelote de laine. C’est-à-dire qu’on découvre que d’honorables personnes de la classe politique, jusqu’au sommet de l’État, sont dans la même situation que M. Cahuzac. Ce dernier a compris qu’il était un bouc émissaire. Il la joue petit bras. Repentir et confession. C’est lui, lui seul qui a fauté. Un simple cas individuel, n’est-ce pas ?  

 Dans un pays qui est un enfer fiscal, il est inévitable que même des socialistes tentent de rejoindre des paradis fiscaux. La tentative d’étouffement de l’affaire Cahuzac par le pouvoir socialiste est, à mon avis, motivée par le fait suivant : protéger les copains, et pas seulement de gauche…

Vous aimerez peut être