Alain Minc, le FN et la « démocratie »

par

Dans une interview à Valeurs Actuelles (14–20/11/2013), Alain Minc parle du Front national comme de « la droite non démocratique ». Cette formule reprend celle des « partis républicains », utilisée par la langue de bois de l’idéologie hégémonique, opposés à ceux qui ne le seraient pas. Il utilise la formule suivante : « Marine Le Pen adoptera-t-elle une stratégie à la Gianfranco Fini en revenant dans le cercle démocratique ? ». L’UMP étant, elle, qualifiée de « droite démocratique ». Il est assez étonnant de voir qu’un intellectuel comme Alain Minc, qui se veut un penseur libre et original, se laisse aller aux poncifs d’une langue orwellienne qui pratique l’inversion de sens et qui s’apparente à la pensée totalitaire.

En effet, non seulement le FN (dont je ne partage nullement toutes les thèses) n’a jamais manifesté le moindre point programmatique anti-démocratique ou anti-républicain, mais ses positions, notamment sur l’immigration, s’accordent parfaitement aux sondages réalisés par les instituts d’opinion. Tandis qu’une majorité de Français désapprouve les naturalisations massives de M. Valls comme le laxisme envers les Roms.  En réalité, les véritables partis antidémocratiques, au sens strict, c’est-à-dire le PS et l’UMP, sont ceux qui ont imposé et imposent aux Français des politiques contraires à leurs sentiments profonds. C’est à la fois le fruit d’une manipulation électorale de la démocratie et d’une imposture idéologique.

Ce retournement du sens des mots est très grave. Logique insidieuse du totalitarisme. Le rouge devient bleu et inversement. Le FN est ”antidémocratique”  parce qu’il suit les opinions du peuple (péché de populisme), les partis institués sont ”démocratiques” parce qu’ils ne suivent pas les opinions du peuple mais celle de l’élite oligarchique éclairée. En réalité, ce que la grande bourgeoisie intellectuelle, donc Minc est un représentant emblématique, ne supporte pas, c’est que ses idées, sa morale ne soient pas partagée par le peuple réel.  Ces gens-là confondent leur morale propre, très gratuite et déconnectée du réel,  avec le vécu  objectif d’un peuple auquel ils n’appartiennent plus. Ils nomment ”démocratie” ou ”république” leurs fantasmes et/ou leurs intérêts. M. Alain Minc devrait réfléchir au sens du mot ”démocratie”, relire Philippe Nemo (qui le dépasse, intellectuellement mais qui n’a pas son carnet d’adresses) et surtout la Politeïa d’Aristote. Aristote explique, contrairement à son maître Platon, que les choses dépassent les mots, que les faits sont plus forts que les idées pures. Que la ”république des philosophes”  n’est pas celle du peuple. La véritable démocratie est l’expression de la volonté du peuple, pas celle des ”philosophes”, dont la sagesse est assez sophistique.  La véritable démocratie a toujours fait peur à l’oligarchie. L’oligarchie change le sens des mots mais elle est impuissante à transformer les faits. M. Minc parle, comme tous ses amis. Mais le peuple voit et juge. Quand on explique au peuple  qu’il n’est pas ”démocrate”, on entre dans une logique totalitaire de déligitimation. Porte ouverte aux aventures.      

   

Vous aimerez peut être