La République privilégie les homos

par

Un jeune, Nicolas, adepte du collectif La Manif pour Tous, vocifère sous les studios de M6, au moment où M. Hollande passe en direct dans l’émission Capital. Embarqué par la police, il est condamné en comparution immédiate à deux mois ferme et à une amende fort conséquente. Puis incarcéré séance tenante à Fleury-Mérogis. Prétexte : il s’est « rebellé » et a refusé le prélèvement ADN. Le maximum de la peine lui a été infligé par des juges zélés. Pourtant, des syndicalistes CGT et Sud, en outre casseurs, qui avaient refusé de fournir leur ADN, avaient été relâchés et pardonnés.

De même, les casseurs, incendiaires et pillards, issus des ”jeunes de banlieue”,  qui avaient dévasté le Trocadéro durant la fête du PSG ont été peu nombreux à se faire arrêter et ont écopé de sanctions légères. Tout comme les agresseurs (de la même origine) d’un train de banlieue parisienne, qui avaient molesté et dépouillé les passagers, ont bénéficié de l’incroyable aménité des tribunaux. Eussent-ils été des skins, ils croupiraient en cellule. En revanche, impressionnant fut le nombre d’arrestations et de brutalités envers les participants aux Manifs pour Tous. Ces faits relèvent d’un pouvoir et d’une justice qui sortent peu à peu de l’État de droit impartial pour se comporter de manière idéologique et politique.  Les patrons, M. Valls et Mme Taubira, ne sont pas là pour assurer l’ « ordre républicain » mais celui de leur idéologie. 

************

 Jean-Pierre Pernaut, présentateur du JT de 13 h. de TF1, le 20 juin, commente en ces termes l’arrestation et la condamnation de Nicolas, évoquée plus haut :  « Il n’est pas bon être hostile au mariage homosexuel. » Il ajoute: « Deux mois de prison ferme, c’est une première en France ». Puis il continue en parlant de Frigide Barjot, « expulsée de son logement de la mairie de Paris qu’elle louait depuis une trentaine d’années ». Il conclut en murmurant un : « Tiens, donc ! »  Que n’a-t-il pas osé dire ! Horreur, ne serait-il pas « homophobe » ?

Certes, Frigide Barjot (Virginie Merle) et son époux, Bruno Télenne (alias Basile de Koch) hébergeaient à leur domicile la société éditrice du magazine satirique Jalons, ce qui est contraire aux baux locatifs. Mais, comme par hasard, la société HLM, qui connaissait la situation depuis longtemps, leur applique la rigueur de la loi seulement maintenant, après l’épisode de la Manif Pour Tous, inadmissible protestation contre le régime. Pernaut, quant à lui, est vilipendé et accusé de « partialité » par tous les milieux et médias bien-pensants de gauche majoritaires.  Qui, eux, s’y connaissent en matière de partialité, de propagande et d’infos truquées et tronquées.

La même partialité se retrouve dans le traitement surdimensionné des ”violences homophobes”, tout aussi ténues et exagérées que les actes d’ ”islamophobie” (Voir article précédent). Alors que les innombrables agressions crapuleuses et/ou racistes perpétrées contre les Français de souche, commises par qui l’on sait à 90%, sont minimisées ou tues. 

 Bref, le pouvoir et l’idéologie dominante désignent leurs ennemis principaux : homophobie et islamophobie, selon le jargon. Mais, gros problème, énorme contradiction : les musulmans détestent les homos. (Comme d’ailleurs les féministes). C’est du vaudeville : que faire quand un de ses protégés déteste l’autre ? 

Vous aimerez peut être