La République privilégie les musulmans

par

Le cabinet du ministre de l’Intérieur a reçu, avec beaucoup d’égard, deux femmes voilées qui ont porté plainte pour des agressions. Le cabinet  a rappelé la détermination des autorités à retrouver les auteurs de ces agressions « extrêmement graves » et assuré les deux femmes que « tous les moyens d’enquête seront mis en œuvre » pour cela. Quelle sollicitude…

Le ministre de l’Intérieur, M. Manuel Valls, a personnellement adressé une lettre de soutien aux deux femmes. Le président de l’Observatoire de l’islamophobie, Abdallah Zekri, s’est félicité de ce rendez-vous auquel était aussi présente une représentante du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, ministre du Droit des femmes. « Cela prouve que le ministre a entendu notre cri de colère et compris le ressentiment qui a touché les musulmans », a dit le premier.

Le parquet de Pontoise a ouvert une information judiciaire sur ces faits survenus les 20 mai et 13 juin. L’information judiciaire a été ouverte pour "violences volontaires aggravées" concernant la première victime, et pour "violences volontaires en réunion". Un seul juge d’instruction sera chargé d’enquêter sur ces affaires.

La première victime, une jeune femme de 17 ans, a expliqué avoir été agressée le 20 mai. Selon l’Observatoire national contre l’islamophobie, elle a été jetée par terre, rouée de coups et traitée de "sale arabe". La seconde, âgée de 21 ans, a raconté avoir été agressée par deux hommes le 13 juin, également dans la rue. Enceinte de quatre mois, elle a fait une fausse couche, mais le lien entre sa fausse couche et l’agression n’est pas établi, selon plusieurs sources. Tiens, tiens… Il est fort à parier qu’on ne l’établira jamais.

Ces agressions ont suscité une ”vive émotion” dans la communauté musulmane d’Argenteuil. Évidemment avec des violences et dégradations à la clé. Un Collectif contre l’islamophobie en France a lancé un appel à un "rassemblement silencieux" samedi 22 juin à 15 heures à Argenteuil sous le mot d’ordre « aujourd’hui en France, l’islamophobie tue ». En l’occurrence, dans cette affaire louche, personne n’est mort…

***************

Que retenir de tout cela ? Tout d’abord, que le ministère de l’Intérieur  reçoit des femmes voilées musulmanes victimes de supposées agressions et que l’État PS témoigne sur cette affaire d’un admirable empressement. On chercherait en vain la même sollicitude envers les victimes françaises de souche, lorsque, cas ultra-fréquents, elles ont été molestées par des CPF (”Chances-pour-la-France”). Deux poids, deux mesures, comme toujours.

Ensuite, alors que les agressions anti-musulmanes sont en réalité rarissimes (et dans ce cas précis, elles sont mal établies) et que l’idéologie au pouvoir est islamophile et non pas islamophobe, on subventionne cet ”Observatoire de l’islamophobie”, structure bidon, orwellienne. Sa destination : instrument de propagande officiel en faveur de l’islamisation de la France.  Et qu’est ce que ce ”Collectif contre l’islamophobie en France”, protégé par les autorités collaborationnistes ? En réalité, la stratégie (très ancienne) des intéressés est de se faire passer pour des victimes alors qu’ils sont les prédateurs.  Protégé de l’État-PS collabo, l’islam invasif, sous le bouclier de l’antiracisme, avance ses pions. Un temps viendra, espérons-le, où la Nation (la vraie) opérera la reconquête de l’État. 

Vous aimerez peut être