Le gag de la Palme d’Or de Cannes

par

  Comme toujours, depuis un certain nombre d’années, c’est une daube politiquement correcte, La vie d’Adèle d’ Abdellatif Kechiche qui a reçu la Palme d’Or. Suivi par un autre film-somnifère, Le passé, d’Asghar Faradi. Il faut savoir que le prestigieux Festival de Cannes, à force de couronner des  rossignols (films bobo-intellos-soporifiques sans dramarturgie) a perdu son aura internationale.  Le New-York Times n’en parle plus qu’en page 27, en sept lignes. Les films primés attirent de moins ne moins le public populaire dans les salles parce qu’on sait d’avance que ce sont  des branlettes intellectuelles. Maintenant, un petite précision intéressante :  l’actrice principale du film lesbien culcul qui a recu la Palme d’Or, Léa Seydoux,  est la petite fille de Jérôme Seydoux. Le patron de Pathé. Qui distribue le film.  Mais le jury du Festival de Cannes est totalement indépendant, ne vous inquiétez pas, et n’attend aucun renvoi d’ascenseur. Il faut être pervers pour soupçonner  le moindre népotisme.

Vous aimerez peut être