Le nouveau FN et sa sratégie trans-courants : points forts et faibles

par

Après la scission échouée (et prévisible) du MNR et une période de basses eaux, le FN, sous la houlette de Marine Le Pen s’est refait une santé  J’avais moi-même cru qu’après l’élection de Sarkozy en 2007, le FN, qui avait été siphonné, était définitivement cuit. Lourde erreur.

De récentes élections partielles et une série de sondages ont démontré plusieurs choses ennuyeuses pour l’appareil politicien et l’idéologie dominante : 1) le FN progresse dans l’opinion et égalise les intentions de vote des deux faces de Janus : PS et UMP. Il devient une troisième force, avant l’extrême gauche. 2) Le « Front républicain », stratégie électorale et idéologie qui sous-entendent depuis longtemps que le FN n’est ni républicain, ni démocratique, mais fasciste, se dégonfle comme une baudruche. Le bon sens populaire se substitue aux fantasmes et mensonges des intellos et des politiciens.  La « dédiabolisation » de Marine Le Pen  est en train de réussir. 3) Le FN aimante des voix UMP et PS, voire réussit ou réussira des ralliements d’élus et de personnalités de la droite et de la gauche traditionnelles.

Ce phénomène est bien connu des sociologues : en politique comme ailleurs, on se rallie au gagnant. Le FN, parti populaire en mal d’élites et de cadres jusqu’à une date récente, peut parfaitement en rallier, en récupérer. Ça commence. Des gens (j’en connais pas mal) qui, jusqu’à présent vouaient une détestation horrifiée au FN commencent à changer d’avis. C’est la nature humaine, il faut faire avec : le moustique est attiré par la lumière.

Donc, le FN de Marine est en train de décoller de son produit l’étiquette « extrême-droite », terme par ailleurs purement médiatique et sans consistance politologique. Évidemment, le système réagit : le Parlement européen – éponge à lobbies, champion mondial de la corruption passive –   a levé l’immunité parlementaire de Marine Le Pen pour qu’un procès lui soit fait en France (affaire des prières de rues musulmanes assimilées à une ”occupation” comparable à 1940-1944) et qu’elle soit condamnée à l’inéligibilité pour la présidentielle de 2017. Sans parler du déni complet de la liberté d’expression, du détournement des lois ”antiracistes”, cette manœuvre prouve à l’évidence que le système politique au pouvoir en France, mais aussi en Europe, a très peur d’une marée électorale frontiste. Le peuple de souche est dangereux, se dit-on, il obvie aux projets de notre oligocratie.

Cette remontée du FN ne s’explique pas seulement par la stratégie de sa présidente, seule femme en Europe à diriger un grand parti ; mais aussi parce que la situation objective des classes populaires françaises de souche se dégrade et qu’elles ne croient plus aux partis officiels de droite ou de gauche. Le nouveau FN pioche dans les deux camps. Il inaugure donc une position ”trans-courants”, absolument insupportable pour le système, attaché à son clivage institutionnel. 

***********

Maintenant, au delà de l’efficace pêche électorale aux voix de gauche, dans un pays à la culture économique déficiente, drogué à l’État-Providence, la question de la pertinence du programme économique du FN se pose.  Plutôt que de se rallier aux positions de Maurice Allais et de Schumpeter (liberté entrepreneuriale, refus du système fiscaliste, subventionnaire et allocataire pseudo-social, et protectionnisme européen intelligent), celles de l’ ”économie organique”, le nouveau FN adopte des points de vue très discutables, en partie du moins.  Certes, ils peuvent paraître ”populaires” électoralement, mais ils se réfèrent à une vieille logique socialiste qui s’apparente à un tacot idéologique. Les options économiques du FN, inapplicables, déconnectées du réel, très proches de celles du social-étatisme (fondé sur une conception faussée de l’État) sont sa faiblesse à moyen terme, dans le cadre de la crédibilité d’un parti de gouvernement. En gros : le socialisme moins le laxisme migratoire et sécuritaire. J’ai exposé des solutions économiques, pour la France et l’Europe, dans mon essai Mon Programme (Éditions du Lore). J’espère que les dirigeants du FN les consulteront.   

Vous aimerez peut être