Opinion iconoclaste sur le mariage homo

par

Dans mon  essai Sexe et Dévoiement (Éditions du Lore), j’avais prévu que le mariage homo serait bientôt autorisé en France, en précisant que c’était un symptôme de décadence, certes, mais seulement un symptôme, et pas une calamité en soi ; la cause étant beaucoup plus profonde : l’égalitarisme, ce virus mental. Maintenant, avec un peu de recul, on peut proposer l’analyse suivante, qui va choquer certains :

1) L’union homosexuelle existait déjà, de fait, avec le Pacs ; de même que les couples homos avec enfants (suite à diverses zones floues de la législation ). Les lobbies homosexuels, dans une démarche purement idéologique et affective, ont voulu imiter les couples hétéros et se faire aligner sur le régime général du mariage ; tombant dans le piège qu’ils se sont tendus. Ils ont préféré le symbole à la réalité. En exigeant le droit à l’adoption, et bientôt à la PMA et à la GPA, ils se soumettent aux contraintes familiales des couples hétérosexuels. Ce qui ne correspond pas à leur nature. Les homos ont stupidement voulu plagier le mariage hétéro, par frustration adolescente, plutôt que d’inventer des formes propres d’union homo. Signe inconscient d’une auto-dévalorisation schizophrène des homosexuels. Ce qui indique qu’ils sont mal dans leur peau.

2) Le mariage homo, aligné sur le mariage hétéro selon le dogme égalitaire, ne fonctionnera pas. Surtout avec des enfants artificiels à la clé. Les unions homosexuelles sont nettement plus éphémères que les unions hétéros. Ces mariages bidons donneront lieu à des problèmes de divorces inextricables. Peu de candidats et beaucoup de soucis pour ces derniers.  La plupart des homos des deux sexes approuvent idéologiquement ce mariage mais l’écartent pour eux-mêmes.

3) L’Église catholique est montée au créneau, condamnant le mariage homo. Mais de quoi je me mêle ? Depuis Napoléon, le mariage civil est déconnecté du mariage religieux. Nul n’oblige l’Église à marier des divorcés, à marier des gens de même sexe ou de religions différentes. De même que nul n’oblige l’Église à respecter la ”parité” et à ordonner des femmes prêtresses. En contrepartie –c’est la vraie laïcité – l’Église n’a pas à se préoccuper du nomos civil, pas plus que l’État ne doit intervenir dans les règles du droit canon. Pas de charia à la musulmane chez nous, c’est-à-dire de confusion entre le religieux et le civil. Chacun chez soi. Je dis cela d’autant plus volontiers que je trouve, personnellement, risible et ridicule le mariage homosexuel (1). Mais l’Église n’a pas à intervenir dans la législation civile. Qu’elle se préoccupe plutôt de faire revenir les fidèles vers ses autels  

4) L’importance donnée à ce « mariage pour tous » par ses partisans comme par ses adversaires n’est-il pas un détournement des vrais problèmes ? Il aurait mieux fallu une manif de masse sur le thème de l’invasion migratoire ou de l’insécurité ou du matraquage fiscal, sujets autrement importants ! La focalisation sur le mariage homo (chez les deux bords) trahit la peur d’aborder les vrais problèmes. On discute de la couleur des volets alors que la maison croule.

5) La répression, démesurée et souvent illégale, des divers adeptes du mouvement « La manif pour tous » par l’État socialiste (y compris contre les inoffensifs « veilleurs ») s’explique par la peur qu’ils ont ressentie envers cette contestation, somme toute sans effet, de leurs dogmes. La culture de la ”répression légitime” est très ancrée dans la culture intolérante de la gauche, dont les passions démocratiques sont à géométrie variable. Elle ne supporte pas qu’on la conteste et se comporte en clergé détenteur de la morale contre le péché. 

6) Finalement, comme le disait un de amis russes (et Dieu sait si les Russes n’aiment pas la Gay Pride) : « le problème, chez vous, ce ne sont pas les mariages homos, ce sont les mariages mixtes ».

(1). La parodie de mariage à grand spectacle jadis organisée par Coluche (en robe de mariée) et Thierry Le Luron (en frac) ne ferait plus rire aujourd’hui. De même la pièce de Jean Poiret La cage aux folles serait peut-être attaquée pour “homophobie“ .            

Vous aimerez peut être