Programme économique du FN : pas clair et risqué

par

Les instances dirigeantes du FN montent, très justement, en première ligne, contre la démolition de l’économie nationale dont est responsable le pouvoir PS actuel, dans la lignée de l’UMP et faisant pis que ce dernier. Cependant le Front National, qui perçoit bien la destruction des PME-TPE, cause majeure du chômage, donne comme explications la soumission à l’UE, l’austérité, l’euro surévalué et l’”ultra libéralisme ”. Cette analyse est très courte.

Tout d’abord, nous ne souffrons pas d’”ultra libéralisme” (terme démagogique et économiquement faux) mais  tout au contraire d’un excès d’État Providence et de socialisme.  Lorsque le FN s’élève contre le gel des salaires de l’énorme masse des fonctionnaires (plus de deux fois plus nombreux que nécessaire), il ne fait pas une analyse sérieuse mais de l’électoralisme. L’ambiguïté des positions économiques du FN tient à ce qu’elles flirtent avec les lubies de la gauche. D’autre part, le FN exagère le rôle de Bruxelles : l’État PS suit sa propre voie socialo-communiste (en dépit de l’enfumage social-démocrate de Hollande) qui n’a rien à voir, par exemple, avec les politiques allemandes et britanniques. On a l’impression que le FN présente une perception décalée et erronée de la situation économique (voir plus haut mes articles sur les vraies causes du déclin économique français). Et que, par la même occasion, les remèdes qu’il propose sont tout simplement une continuation forcée de l’État Providence, devenu inviable.

On sent qu’il y a un manque de formation économique sérieuse dans la direction du FN, au profit de l’idéologie. Or cette position n’est pas tenable. Elle correspond à une passion française pour l’abstraction idéaliste au détriment du pragmatisme de l’économie réelle, bref à une vision ”religieuse” de l’économie. C’est dommage, parce que les classes  moyennes finissent par se rendre compte que c’est cet État Providence socialisant, qui fonctionne au profit des parasites, qui appauvrit la nation. Le FN n’a pas l’air de comprendre que l’équilibre budgétaire rigoureux, l’absence de dette publique et sociale, l’éthique de la responsabilité et du travail sont les fondements de la prospérité générale. 

Si le FN ne révise pas son programme économique, avec lucidité,  il risque non seulement de perdre sa crédibilité électorale mais, si jamais il arrive aux affaires, de se trouver démuni avec un programme économique en décalage complet avec le réel. Je ne demande même pas aux dirigeants du FN de me lire, mais simplement de relire Schumpeter, Maurice Allais, Jacques Rueff  et de prendre contact avec des  entrepreneurs. L’économie n’est pas le domaine du slogan, du rêve, de la grille de lecture idéologique, mais des faits bruts.

Il y a ce qui marche et ce qui ne marche pas. Ce qui marche, c’est la liberté laissée à la société, aux entrepreneurs, et un État fort et maigre. Ce qui ne marche pas, c’est le fiscalisme et le réglementarisme délirants, c’est le mammouth d’une fonction publique écrasante, c’est l’assistanat. Le FN ne peut pas sérieusement critiquer le bilan catastrophique de l’UMPS (c’est-à-dire des politiques économiques de fait socialistes, au sens strict) et proposer un programme qui, dans les faits, serait exactement le même. Au fond, le FN risque l’échec parce qu’il n’est pas véritablement révolutionnaire. C’est dommage.   

Bien plus que de Bruxelles, de l’euro surévalué, de l’ ”austérité”, de l’”ultra libéralisme”, le plongeon économique français provient de l’État Providence mal géré, d’une fonction publique pléthorique, d’un fiscalisme ubuesque qui fait fuir les élites et décourage les investisseurs, d’un coût alourdi chaque année d’une immigration de peuplement massive, bref des ravages d’un logiciel idéologique fondamentalement de gauche. Si le FN veut avoir du succès, il doit clairement rompre avec des explications convenues et des solutions ( en fait socialistes) à la fois banales, cent fois ressassées et démagogiques. Il doit oser la rupture, l’innovation, l’imagination. Tout cela dit en toute amitié. 

Vous aimerez peut être