Règlements de comptes à Marseille : le faux problème

par

Tous les quinze jours, une nouvelle fusillade éclate en pleine rue. Les règlements de compte rythment la vie des habitants de l’antique Massalia, la plus ancienne ville de France – pardon de Gaule.  Ce n’est pas vraiment une nouveauté mais ça s’aggrave.

Cela dit, Marseille n’est pas la ville la moins sûre en terme de criminalité de proximité. Avignon est pire.  Et ne parlons pas des banlieues parisiennes. Les fauchages à la Kalashnikov entre truands et dealers maghrébins de Marseille sont un faux problème. Après tout, ils s’éliminent eux-mêmes. Ce n’est pas ça qui pourrit la vie des Marseillais. Ce qui pourrit la vie des Marseillais, c’est qu’on ne peut plus se promener en sécurité sans risque de se faire dépouiller et agresser. Et que les agressions se produisent jusque dans les hôpitaux.  La cause est connue, mais taboue : massivité de l’immigration allogène en provenance du continent africain, sur fond de laxisme généralisé de la justice, de police débordée, de prisons saturées. L’idéologie antiraciste jette une chape noire sur la réalité. Et malheur à qui parle. Omerta et déni de la réalité.

Les politiciens de droite ou de gauche n’ont jamais rien résolu et d’ailleurs ne résoudront jamais rien. L’idéologie de l’“ intégration” ou l’explication par  le chômage et l’”exclusion” sont des plaisanteries. L’agglomération phocéenne a un revenu par tête nettement supérieur aux départements ruraux enclavés du Massif Central. Et elle est beaucoup plus aidée par les transferts sociaux.  La cause de l’insécurité marseillaise endémique n’est pas économique, elle est ethnique.  

La seule solution, à Marseille ou ailleurs, et qui aura des aspects illégaux,  viendra de la réaction directe du peuple, qui prendra sa sécurité en mains.  La démission de l’État de droit et de la force publique conditionne leur disparition, car la nature a horreur du vide.  Les citoyens se protégeront eux-mêmes au fur et à mesure que l’insécurité continuera d’augmenter, mécaniquement. Le vieux propréteur tragi-comique Jean-Claude Gaudin assiste à un spectacle sont il ne maîtrise pas le scénario. Comprend-il et les Marseillais comprennent-il  qu’un jour un musulman va le remplacer ? Pour des raisons démographiques ; et du fait des naturalisations opérées par la gauche, ainsi que du projet de vote des étrangers aux municipales. Cette remarque vaut pour bien d’autres communes du Nord et des régions parisienne ou lyonnaise.  Marseille nous offre-t-il l’avant-goût  de la fin de l’État français ? 

Vous aimerez peut être