Une ministre congolaise de l’ « intégration » en Italie. Pourquoi ?

par

Le dernier gouvernement italien, dirigé par Enrico Letta, a fait entrer, pour la première fois dans l’histoire du pays, une Africaine dans son gouvernement : Mme Cécile Kyenge, une Congolaise naturalisée italienne et émigrée à l’âge de 19 ans. Elle est ministre de l’ « intégration ». C’est un signal très fort : cela signifie que l’Italie, comme la France et d’autres pays de l’UE, accepte l’immigration invasive de peuplement africaine, l’anticipe et espère naïvement la gérer. Au nom de la notion biaisée d’ ”intégration” qui dissimule en réalité l’acceptation de l’installation ethnique allogène.  Une Africaine est priée de gérer l’invasion programmée par ses frères (et non pas de les ”intégrer”, mission impossible) : quel meilleur symbole de renoncement et de décadence ?

Cette ”intégration”, évidemment n’a jamais fonctionné et ne marchera jamais. On ne mélange pas les peuples, c’est une base de la science politique depuis Aristote.  Chacun chez soi. Malheureusement, une députée de la Ligue du Nord a proféré des plaisanteries d’une rare bêtise sur cette Africaine, suggérant qu’il fallait la ”violer”. Elle a été exclue de la LN. Mais le résultat, c’est que Mme Kyenge est victimisée donc légitimée. Bravo.

Vous aimerez peut être