Mariage pour tous et Syrie : l’enfumage

par

Extraordinaire : alors que la France affronte un chômage de masse, aligne une dette souveraine et sociale préoccupante, voit exploser les chiffres de l’immigration et de la criminalité, assiste au naufrage de son Éducation nationale, comme de son système de retraites, son gouvernement résout-il ces problèmes ? Non, il ne les traite pas et les aggrave par des contre-mesures et des réponses dignes d’Ubu roi.

Sur quoi porte-t-il alors son action principale, qui focalise l’attention de tous les médias ?  Sur deux sujets capitaux : le mariage des homosexuels et la question d’une « punition » militaire (et morale) contre le régime de Bachar el Assad. Inutile d’entrer dans les détails de ces deux politiques délirantes : de nombreuses analyses présentes dans les médias en détaillent l’absurdité et l’amateurisme. J’ai Tout Compris doit plutôt se demander : pourquoi concentrer les projecteurs sur ces deux sujets inessentiels et traités de manière bâclée (de même aussi, cet été 2013, sur la dissolution de terribles groupuscules d’extrême droite menaçant la République) ?   

Parce que M. Hollande et son équipe de bras cassés ont conscience que leur politique ne fonctionne pas ; et aggrave la situation. Mais ils ne peuvent pas changer de logiciel, du fait de leur idéologie psychorigide. Alors on cherche à détourner l’attention par un ” grand projet sociétal” et une aventure militaro-éthique improvisée. François Hollande espère ainsi se donner une posture d’homme d’État, de décideur volontariste, à l’inverse de son personnage réel. Mais ça ne trompe personne.  

Quand on regarde avec un peu de recul, on est effrayé par la pusillanimité du pouvoir : face aux énormes problèmes qui se posent, sans solutions mais aggravés, on sort du chapeau le « mariage pour tous » et la « punition contre Assad ». On a l’impression qu’aux commandes du navire, en pleine tempête hauturière, il y a une bande de marins d’eau douce qui n’envisagent pas une seule seconde la possibilité d’un naufrage.

Vous aimerez peut être