Quand M; Valls fait du people : habile ou pathétique ?

par

Manuel Valls a des ambitions présidentielles. Nul ne saurait le lui reprocher. Ils sont une bonne centaine comme lui dans sa génération. Ne parlons pas ici de ses idées (elles sont à géométrie variable) puisque dans l’ADN politique (”démocratique“) contemporain, le look compte nettement plus que le programme. Donc, le ministre de l’Intérieur, suivant en cela la technique américaine installée avec les Kennedy, est mis en valeur par les médias en compagnie de son épouse, la ravissante violoniste Anne Gravoin.

Paris-Match a publié en double page un baiser émouvant entre Manuel et Anne. Et Le Figaro (03/09/2013) s’est fendu d’un article, sur une page entière (!), d’un ridicule achevé, sur « le couple fusionnel » du ministre et de la violoniste, illustré par une photo (style glamour ringard) des époux la main dans la main. Comme non-événement, il n’y pas photo, c’est le cas de le dire…

Couac : Le Parisien a suggéré que la dame serait intervenue auprès de son mari pour éviter la fermeture d’une boîte de nuit appartenant au beau-père de Johnny Hallyday. Il paraît que M. Valls porte plainte. Ce dernier devrait se souvenir que la médiatisation de la vie conjugale de MM. Sarkozy et Hollande les a plus ridiculisés que servis. Maintenant personne ne fera croire à un cheval de bois que M. Valls  n’a pas donné son accord à cette publicité pseudo-romantique de sa vie privée, dont le Français de base se moque comme de son premier slip. Dans l’article précité du Figaro, des détails sont donnés sur l’intimité familiale de M. Valls qui ne sauraient provenir des seules investigations des journalistes. M. Valls, ministre de l’Intérieur, aurait aisément pu dissuader ces révélations. J’ai travaillé dans la presse people et je puis vous dire qu’une personnalité qui bénéficie de  ce type de couverture médiatique a forcément organisé l’opération.

Cela dit, M. Valls, dans sa stratégie carriériste, se trompe. En ces temps difficiles (et ça ne fait que commencer…) les Français attendent de leurs dirigeants une certaine hauteur, un certain niveau de préoccupation. M. Valls voudrait-il vendre sa jolie violoniste comme future première dame, aussi sexy que la chanteuse ratée Carla ou que la duègne Valérie ? Évidemment M. Valls s’adresse à des médias de droite pour faire sa promo, puisqu’il espère qu’une partie de la droite votera pour lui en 2017.  M. Valls n’a pas compris deux choses : 1) le narcissisme est le pire ennemi de l’ambition ; 2) son épouse, ses histoires de famille, sa communication people, tout le monde s’en fout.  L’école est finie.  

Vous aimerez peut être