Vol MH 17 : diabolisation de la Russie et sanctions illégales

par

 MalaysiaMH17À la suite du crash du vol MH 17 au dessus de l’Ukraine, Washington impose à l’Europe de suivre ses sanctions économiques contre la Russie. Elles sont illégales mais conformes aux intérêts américains et nuisibles pour les Européens. Analysons la situation. 

Lorsqu’une frégate américaine (le Vincennes) a abattu un avion civil iranien, le vol 655, en le confondant avec un chasseur-bombardier, le 3 juillet 1988, la communauté internationale n’a pas tellement bougé. Il n’y a pas eu de ”sanctions économiques” contre les USA. L’affaire de la destruction du vol de la Malaysia Airlines a été présentée par les médias occidentaux avec une incroyable partialité et une hostilité anti russe systématique. 

Reprenons les faits : les indépendantistes de l’est de l’Ukraine, russophones, sont soupçonnés d’avoir abattu par erreur un avion civil d’un vol international, en le confondant avec un avion militaire ukrainien de bombardement. Scénario possible, mais pas prouvé. Les services de renseignement américains (que tout le monde croit surtout depuis  qu’ils ont expliqué à l’ONU que Saddam Hussein détenait des armes de destructions massives)  nous ont dit, en gros, que les pro-Russes ou Russes avaient abattu l’avion civil, soit par erreur, soit volontairement (et pourquoi ?) en fournissant  aux indépendantistes des missiles  antiaériens de longue portée et en assurant la conduite de tir. Les services américains de renseignement ne sont pas fiables. Ou plutôt, si ils le sont, dans leurs analyses, mais pas dans leurs conclusions offertes à l’opinion. Le mensonge est leur règle.  

À la suite de cet épisode, l’UE, sur ordre des USA, durcit les sanctions économiques contre la Russie. Comme je l’ai déjà écrit dans ce blog, il n’y aucune preuve d’une implication militaire directe de la Russie dans ce conflit. Mais la désinformation anti-russe est générale dans les médias occidentaux.

Énorme contradiction : Vladimir Poutine aurait dû demander, dit-on,  aux indépendantistes russophones de se modérer. On lui reproche donc de n’avoir pas de pouvoir sur eux. Mais d’un autre côté, on prétend qu’il les dirige et les manipule. Il faudrait savoir. De plus, on l’incrimine de n’avoir pas montré assez de ”compassion” pour les victimes. Argument d’une nullité absolue  au regard du droit international.  

 L’idée selon laquelle l’avion aurait été abattu, de manière très cynique, par un chasseur ukrainien, pour faire croire à une ”bavure” a été écartée sans aucune enquête ; voire même abattu par un des chasseurs de l’US Air Force basé en Pologne ou dans des pays baltes dans le cadre de l’OTAN. Cette hypothèse, bien qu’improbable, a été écartée sans examen. On a également prétendu que les enquêteurs internationaux étaient empêchés de travailler sur la zone du crash par des mercenaires russes.

Les sanctions économiques prises par Washington et par l’Union européenne contre la Russie méritent trois remarques :

1) Tout d’abord, elles sont illégales au regard du droit international. Des sanctions contre un pays (économiques ou autres) constituent un acte d’hostilité qui doit être autorisé par le Conseil de Sécurité de l’ONU, motivé par une action agressive dudit pays prouvée par une enquête internationale. Et rien de tel (agression militaire ou autre) n’a pu être démontré à l’encontre de la Fédération de Russie contre l’Ukraine. L’armée russe a-t-elle pénétré en Ukraine, l’a-t-elle bombardée ? D’autre part, ces sanctions sont doublement illégales car elles frappent aussi des individus russes (interdictions de visas, blocages de comptes bancaires, etc.) tout simplement parce qu’ils sont… proches du pouvoir russe ! Or, l’individualisation des peines est contraire à tous les traités internationaux.

2) Ces sanctions économiques contre la Russie sont très nuisibles aux intérêts économiques européens. En revanche, elles sont très favorables aux intérêts économiques américains, qui ne veulent surtout pas voir se développer une relation économique forte Europe-Russie. Au moment où l’UE négocie un traité de libre-échange avec les USA, très favorable à ces derniers. Comme par hasard.

3) Toute cette affaire prouve, de manière très pénible, que les Européens, en particulier les Français (pseudo gaullistes) et les Allemands, sont complètement soumis aux ordres américains. Il est désolant de constater que l’Union européenne, qui aurait pu être une grande idée, est la vassale   de Washington et de l’OTAN. C’est la catastrophique conception européenne de Jean Monnet qui l’emporte, une Europe ”atlantiste”, comme une femme soumise, et non pas l’idée gaullienne de l’Europe, indépendante et alliée à la Russie. Les pauvres Britanniques, eux,  ne sont plus qu’une colonie des USA (depuis 1945), leur ancienne colonie. Paradoxe de l’histoire. 

 Les USA et leur protectorat britannique (UK) exercent une énorme pression sur la France pour qu’elle renonce à la livraison à la Russie des deux BPC Sébastopol et Vladivostok assemblés à Saint-Nazaire. Le risque existe que le faible gouvernement français dirigé par le pusillanime François Hollande cède à ces ingérences inacceptables. Déjà, les marins russes en formation à Saint-Nazaire n’ont pas été convenablement reçus selon les règles du protocole maritime entre pays en paix. Comme si le gouvernement avait honte de ce contrat naval. Cette vexation envers la Russie est un signal diplomatique stupide qui montre à quel point la France est affaiblie et renonce à sa souveraineté. Le développement des échanges et coopérations militaro-industriels entre la France (mais aussi l’Europe) et la Russie sont pourtant du plus haut intérêt pour nous, sur les plans économique et stratégique – précisément comme moyen d’assurer une paix définitive sur le Continent. Cette coopération militaire euro-russe est précisément ce qui fait le plus horreur aux gouvernants américains. 

 Comme je l’ai déjà écrit dans ce blog,  le but de Washington est de raviver la guerre froide, de provoquer et de déstabiliser la Russie. Cette dernière s’était considérablement affaiblie après la chute de l’URSS, ce dont les USA se réjouissaient. Avec l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, la Russie se redresse et redevient une grande puissance. Inacceptable pour Washington.

Cette crise ukrainienne, provoquée après un long travail par les services secrets américains, prouve que le cauchemar de Washington est une alliance continentale euro-russe. De leur point de vue, les analystes de la CIA ont raison. L’union euro-russe (et notamment franco-russe ou germano-russe) serait stratégiquement et économiquement désastreuse pour l’hégémonie américaine. 

En disant tout cela, il ne faut surtout pas en conclure que je suis anti-américain. Il serait stupide de diaboliser l’Amérique même si, elle, diabolise hypocritement tous ses adversaires (relents du puritanisme). Pas, ”elle”, d’ailleurs, mais le pouvoir de Washington. J’ai toujours été partisan d’une entente avec les Etats-Unis, à condition qu’elle soit égalitaire, qu’elle exclue toute ingérence et toute domination américaine. Encore une fois, le ”nouvel impérialisme américain” post guerre froide est d’abord le fruit de la faiblesse européenne, d’une soumission volontaire à cette fausse pax americana qui est en fait un facteur de désordre, de déstabilisation mondiale, comme on le voit aussi au Proche-Orient. (1)    

Il faut remarquer enfin qu’en face de ces sanctions économiques, la Russie est restée très calme. À aucun moment le Kremlin ne s’est énervé. Ceux qui cherchent à envenimer la situation, en Europe orientale comme sur d’autres théâtres géopolitiques, ce sont les stratèges de Washington suivis par leurs vassaux volontaires de l’Union européenne. On aurait attendu au moins d’une opposition française ”gaullienne” une condamnation sans appel de ces sanctions illégales et dangereuses.   

(1) Cf. mon essai Le nouvel impérialisme américain, Éditions du Lore.

Vous aimerez peut être